Le moteur deux temps conventionnel (celui muni d'un carburateur):
Une technologie complètement dépassée

Rappelons d'abord le principe du fonctionnement archaïque de ce type de moteur:


Règle générale, ces pertes sont de l'ordre de 25 à 33% du mélange essence/huile. Mais selon M. Peter Barton, ingénieur en chef à Environnement Canada, ces pertes peuvent très bien s'élever à 50% dans certains cas. En fonction de l'âge du moteur, de son entretien, du recours ou non à l'injection d'huile, et de sa puissance, il y a des variations.

La technologie des moteurs deux temps date de la fin du dix-neuvième siècle, et est demeurée essentiellement inchangée depuis les années 1940.

Bien que l'industrie des loisirs motorisés prétende qu'il a des solutions technologiques pour améliorer le moteur deux temps, la plupart des experts «indépendants» s'entendent pour dire que ce type de moteur n'est bon «que pour la ferraille».

À chaque année au États-Unis, les moteurs deux temps déversent plus de 15 fois la quantité d'huile et d'essence que ne l'a fait le déversement du pétrolier Exxon Valdez en Alaska en 1989.

L'Agence de la Protection de l'Environnement des États-Unis, l'EPA, estime que l'utilisation d'un moteur deux temps de 70 chevaux, pendant une heure, émet la même quantité de pollution par les hydrocarbures imbrûlés qu'une automobile moderne roulant sur une distance de 5000 milles (8046,72 kilomètres).

Des recherches récentes démontrent que des expositions pourtant très faibles aux hydrocarbures peuvent provoquer des dommages aux chromosomes, réduire la croissance, entraîner des tumeurs cancéreuses, et augmenter les taux de mortalité des poissons. L'utilisation des moteurs deux temps constitue donc une réelle menace pour la qualité de l'eau potable, d'autant plus que le nombre des embarcations à moteur en circulation augmente sans cesse.

Comme il est possible de le constater sur ce graphique, un moteur deux temps conventionnel émet 151 grammes d'hydrocarbures par kilowatt/heure. Le moteur deux temps «amélioré», et tant vanté par l'industrie de la «déplaisance», est illustré par la deuxième colonne, et représente des émissions de 40 grammes par KW/hr. Il s'agit d'un moteur deux temps à «injection directe», où le mélange essence/huile est injecté directement dans la chambre de combustion. Mais remarquez que ce moteur, qui est absent de la plupart des plans d'eau pour l'instant, est encore 10 fois plus polluant que le moteur à quatre temps (colonne de l'extrême droite à 4 KW/hr), alors que ce type de moteur est déjà disponible depuis de nombreuses années.

De plus en plus d'organismes non gouvernementaux et de pouvoirs publics à travers le monde, supportent maintenant l'idée d'adopter des mesures plus restrictives à l'utilisation des moteurs deux temps, ce qui mènera vraisemblablement à leur interdiction à échéance......

Voici des liens intéressants concernant cette problématique:

Du Ministère Suisse de l'environnement: http://www.buwal.ch/bulletin/1997/f3a10s02.htm

De l'Association Canadienne des Physiciens pour l'Environnement (CAPE). Notez ici qu'il s'agit d'un appui de taille des professionnels de la santé:
http://www.cape.ca/jetskiswb.htm

De Pêches et Océans Canada: (Fait surprenant, la garde côtière canadienne reconnaît maintenant que les rejets d'hydrocarbures imbrûlés des moteurs deux temps sont une importante source de pollution aquatique)
http://www.pacific.ccg-gcc.gc.ca/Epages/offboat/PAE/reducing.htm

De l'Université de Miami
http://newsinfo.muohio.edu/news_display.cfm?mu_un_id=309

De l'Université de la Californie
http://tsrtp.ucdavis.edu/tsrtp/MTBE_RFP/june_abstracts/reuter_a_g.html

Autres:
http://www.detnews.com/1998/metro/9807/17/07170138.htm

http://ens.lycos.com/ens/dec99/1999L-12-06g.html

http://www.foe.org/eday99/page8.html


Retour à la page d'accueil